Samedi 24 mai

Attention à la Médiathèque départementale

de la vallée de la Drôme           26400 Crest


16h : La Clôture des merveilles de Lorette Nobécourt

Éditions Grasset, 2013.

Lecture-rencontre avec Lorette Nobécourt.

« Hildegarde de Bingen fait partie de ce qui me vient d’avant tous les jadis. Je la connais d’un ailleurs dont la mémoire ne me parvient que par trouées, lorsque d’être disjointes par un certain silence, les parois du temps s’entrouvrent. Elle m’a accompagnée sans que je m’en souvienne, m’a imprégnée avant que la conscience ne m’en vienne. Ni religieuse ni laïque, je suis de sa clôture. Et quel bonheur d’écrire sur ce qu’on aime! Non pas Hildegarde de Bingen, mais ce dont elle témoigne, et dont m’a vie n’a d’autre ambition que de témoigner aussi. Enfant, c’est cela que j’aimais chez les saints, sans savoir le nommer : l’insoumission. Et qu’ainsi l’ombre jamais n’éteindre la lumière. »

Moniale du XIIe siècle, Hildegarde de Bingen a marqué son époque. Ce ne sont pas seulement ses écrits, sa légende, sa connaissance scientifique ou botanique qui ont fait de l’abbesse un sujet pour Lorette Nobécourt, mais bien l’insoumission radicale où elle se tient.

Entrée libre


Retour à La Chapelle des Cordeliers

19h : Bar et restauration Terrasse des Cordeliers


20h30 : Tombe, tombe au fond de l’eau de Mia Couto

Éditions Chandeigne, 2005.
Traduit du portugais (Mozambique) par Elisabeth Monteiro Rogrigues

Lecture-spectacle avec Isabelle Mounier et Aude Cailloux (vidéo et son).

Ce spectacle met en scène le pêcheur qui  se raconte, s’interroge et  donne vie et voix à Dona Luarmina, à son père… Des voix se croisent. Le spectacle est entrecoupé d’images vidéo empruntées à la mer. Ils sont un support pour les dits magnifiques du grand-père de notre héros qui ouvrent chaque chapitre. La musique empruntée à Césaria Evora nous immerge dans l’univers de la Saudade. Le voyage est complet !

Au bord de l’océan indien Zeca Perpetuo, ancien pêcheur et Dona Luarmina sa voisine se découvrent au fil de conversations qui prennent d’étranges voies… Une histoire intense, un mouvement où la nostalgie fricotte avec l’espérance. Un dialogue souvent cocasse où se croisent des fables et des récits qui chantent à nos oreilles comme une  musique douce amer, une saudade.

« Vous pouvez avoir été caressé par une main, une lèvre, un corps mais aucune caresse ne reflète autant votre âme comme la larme qui glisse. »

Participation 8/10€

"C'est par la voix que l'homme s'ouvre à lui-même et à l'autre".    Denis Vasse