Les intervenants

Françoise Dastur

Françoise Dastur est une philosophe, historienne de la philosophie et traductrice française, née en 1942 à Lyon. Elle a enseigné à l'Université Paris I (Sorbonne) de 1969 à 1995, à l'Université Paris XII (Créteil) de 1995 à 1999 et à l'Université de Nice Sophia-Antipolis de 1999 à 2003. Elle est Professeur émérite de l'université de Nice Sophia-Antipolis, rattachée aux Archives Husserl de Paris (ENS).
Elle a publié de nombreux ouvrages et articles, notamment sur Edmund Husserl, Martin Heidegger, Maurice Merleau-Ponty, Jacques Derrida, Paul Ricœur, Hans Georg Gadamer.
Pour Françoise Dastur, le langage et le temps modèlent en profondeur l’être-au-monde de l’homme et le distinguent clairement de l’animal. Françoise Dastur, philosophe qui vit dans un petit village de l’Ardèche et se tient en marge des battages médiatiques, est aujourd’hui l’une des principales figures de la phénoménologie française. Elle n’a pas son pareil pour nous amener, en puisant aussi bien chez Heidegger que dans les traditions orientales, à interroger l’énigme de notre existence.

Ouvrages

  • Pourquoi la mort ? Dessins d’Anne Hemstege, Gallimard jeunesse/Giboulées, 2009.
  • La mort. Essai sur la finitude (nouvelle version augmentée), PUF, 2007.
  • Heidegger. La question du logos. Vrin, 2007.
  • Comment affronter la mort ?, Bayard, 2005.
  • À la naissance des choses. Art, Poésie et philosophie, Encre Marine, 2005.
  • Philosophie et différence, Ed. de la Transparence, 2004.
  • La phénoménologie en questions. Langage, altérité, temporalité, finitude, Vrin, 2004.
  • Heidegger et la question anthropologique, Peeters, Belgique, 2003.
  • Chair et langage, Essais sur Merleau-Ponty, Encre Marine, 2001.
  • Comment vivre avec la mort ? Éditions Pleins feux, 1998.
  • Hölderlin, Le retournement natal, Encre Marine, 1997.
  • Husserl, Des mathématiques à l’histoire, P.U.F., Paris, collection “Philosophies”, n°60, 1995, deuxième édition, 1999.
  • La Mort, Essai sur la finitude, Hatier, 1994, 80 p.
  • Dire le temps. Esquisse d’une chrono-logie phénoménologique, Encre Marine, 1994, réédition en format livre de poche 2002.
  • Heidegger et la question du temps, P.U.F., collection "Philosophies", n° 26, 1990, troisième édition, 1999.


Christian Gailly

Christian Gailly est né à Paris en 1943. A l'âge de 16 ans, il découvre le jazz : une passion qui le suit toute sa vie. Son père lui offre un saxo et il se met à vivre dans les clubs jusqu'en 1968. C'est l'année où il se marie, devient technicien chauffagiste et entame une analyse. C'est cette thérapie qui le conduit à l'écriture. Il a exercé différents métiers dont celui de musicien de jazz, saxophoniste. Il publie son premier roman en 1987. Dix livres plus tard (Be Bop, Les fleurs, Les évadés...), il reçoit le prix France Culture pour Nuage Rouge en 2000 et le prix Inter pour Un soir au club et rencontre ainsi un public plus large. Deux de ces romans sont adaptés au cinéma : L’Incident par Alain Resnais sous le titre Les Herbes folles (2009) et Un soir au club par Jean Achache (2009). Il décède en octobre 2013.

Bibliographie (extrait) :

  • La Roue et autres nouvelles (Minuit, 2012).
  • Lily et Braine, roman (Minuit, 2010).
  • Les Oubliés, roman (Minuit, 2007).
  • Dernier amour, roman (Minuit, 2004).
  • Un soir au club, roman (Minuit, 2002 et « double » n°29, 2004).
  • Nuage rouge, roman (Minuit, 2000 et « double » n° 41, 2007).
  • La Passion de Martin Fissel-Brandt, roman (Minuit, 1998).
  • Les Évadés, roman (Minuit, 1997).
  • L'Incident, roman (Minuit, 1996).
  • Be-Bop, roman (Minuit, 1995 et « double » n°18, 2002).
  • Les Fleurs, roman (Minuit, 1993).
  • Dring, roman (Minuit, 1992).
  • L'Air, roman (Minuit, 1991).
  • K.622, roman (Minuit, 1989).
  • Dit-il, roman (Minuit, 1987).



Mia Couto

Ecrivain de langue portugaise, Mia Couto est né au Mozambique en 1955. Engagé aux côtés du Frelimo dans la lutte pour la libération du joug colonial portugais, il a été directeur de l'agence d'information du Mozambique, de la revue Tempo, et du journal Noticias de Maputo, avant de publier un premier recueil de poèmes Raiz de orvalho aux éditions de l'Association des Ecrivains mozambicains en 1983. Ces activités conjuguées à celles de biologiste et d'enseignant traduisent une conscience politique et sociale et alimentent nombre de ses écrits, notamment ses chroniques qui soulignent, non sans humour, les contradictions que connaît la société mozambicaine. En outre, l'univers intérieur de ses oeuvres puise aux racines de l'imaginaire et de la tradition orale mozambicaine. Il se fait ainsi le passeur d'une culture multiforme où s'enchevêtrent l'homme, les dieux, et la nature. Le média : l'écrit prend tour à tour la forme du roman, de nouvelles, de chroniques et de poèmes déclinés par une langue subtile, innovatrice (de nombreux néologismes et jeux de mots) et drôle qui se fait l'écho de la mémoire contre l'oubli et l'acculturation. Lieu de foisonnement, de surimpression et d'enracinement, l'espace narratif s'ouvre sur une temporalité intérieure inhérente à l'autre en soi. L'homme et son ombre : la part du divin en l'homme, sa part d'universel. Abolir les facteurs discriminants qui opposent et divisent les hommes afin de recouvrer une unité fondée non pas sur une assimilation totalisante mais sur la spécificité de chacun, par-delà toute logique identitaire. Auteur de nombreux ouvrages, il a écrit une nouvelle, A ilha, publiée dans le cadre de l'exposition universelle de Lisbonne ayant pour thème l'océan et les grandes découvertes. Il a également participé, en tant que scénariste, à la série Africa Dreamings (cf. Africultures n°13).

Œuvres traduites en français

  • Poisons de dieu, remèdes du diable : les vies incurables de Vila Cacimba, Editions Métailié, 2013
  • L'accordeur de silences (Jesusalem), Editions Métailié, 2011
  • Le fil des missangas, Editions Chandeigne, 2010
  • Et si Obama était africain, Editions Chandeigne, 2010
  • Le dernier vol du flamant, Editions Chandeigne, 2009
  • Un fleuve appelé temps, une maison appelée terre, Albin Michel, 2008
  • Tombe, tombe au fond de l'eau (Mar me quer), Editions Chandeigne, 2005
  • Le Chat et le Noir, Dessins de Stanislas Bouvier, (O gato e o escuro), Editions Chandeigne, 2004
  • Chronique des jours de cendre, Albin Michel, 2003
  • La Véranda au frangipanier (A Varanda do frangipani), Albin Michel, 2000
  • Les baleines de Quissico, Albin Michel, 1996
  • Terre somnambule (Terra sonâmbula), Albin Michel, 1994


Hubert Mingarelli

Hubert Mingarelli est né en Lorraine en 1956. Jusqu'à dix-sept ans il a vécu dans la région de Longwy. Il a été au lycée jusqu'en seconde puis s’est suis engagé dans la marine militaire pendant trois ans. Il a été affecté dans le Pacifique et en Méditerranée. Après avoir quitté l'armée, il a voyagé en Europe en jouant de la musique dans les rues pour gagner sa vie. Ensuite il s’est suis installé dans la région de Grenoble où il exerce toutes sortes de métiers : pompiste, coursier, peintre en bâtiment, éclairagiste, dessinateur, ouvrier d'usine, manœuvre…
Dans les années 90, ses romans, d'abord publiés en collection jeunesse, évoquent une intense relation père-fils. A mots comptés, précis. Les femmes sont relativement absentes de ses romans et nouvelles. Il est lauréat du Prix Médicis en 2003 pour son roman Quatre Soldats où il évoque l'amitié de ces quatre hommes dont un est à peine sorti de l'adolescence. Les trois nouvelles de son recueil Océan Pacifique (2006) racontent la vie de matelot qu'il a lui même vécue. Cet ouvrage lui vaut le Prix Livre & Mer Henri-Queffélec au Festival Livre & Mer - Concarneau 2007. En 2014 L'homme qui avait soif obtient le Prix Landerneau
Marié avec deux enfants, il vit aujourd'hui dans un hameau de montagne. Pour le moment, il écrit des romans en littérature générale et n'envisage plus de publier dans des collections jeunesse.

Bibliographie

adulte

  • L'Homme qui avait soif, Stock, 2014.
  • Un repas en hiver, Stock, 2012.
  • La Source, Cadex, 2012.
  • La Vague, illustrations de Barthélémy Toguo, Éditions du chemin de fer, 2011.
  • La Lettre de Buenos Aires, Buchet-Chastel, 2011.
  • L'Année du soulèvement, Le Seuil, Cadre rouge, 2010.
  • La Promesse, Le Seuil, Cadre rouge, 2009.
  • Marcher sur la rivière, Le Seuil, 2007.
  • Océan pacifique, Le Seuil, 2006.
  • Le Voyage d'Eladio, Le Seuil, 2005.
  • Hommes sans mère, Le Seuil, 2004.
  • Quatre Soldats, Le Seuil, 2002.
  • La Beauté des loutres, Le Seuil, 2002.
  • La Dernière Neige, Le Seuil, 2000. Réédition au Points en 2002.
  • Une rivière verte et silencieuse, Le Seuil, 1999. Réédition en Points en 2001.
  • L'Arbre, Le Seuil, 1996.

jeunesse

  • Vie de sable, Le Seuil, 1998.
  • Le Secret du funambule, Éditions Milan, Zanzibar, 1995.
  • Le Jour de la cavalerie, Le Seuil Jeunesse, 1995.
  • La Lumière volée, Gallimard, 1993. Réédition chez Gallimard Jeunesse en 2002.
  • Le Bruit du vent, Gallimard, 1991. Réédition chez le même éditeur, Page blanche, en 1998 et en Folio Junior en 2003.


Isabelle Mounier

Isabelle Mounier suivra une formation théâtrale pluridisciplinaire sur Paris accompagnée de belles et exigeantes rencontres pendant une dizaine d’années.
Elle travaillera en compagnie et sur des projets théâtraux créatifs.
Isabelle choisit de poursuivre son chemin en dehors des grands pôles urbains et crée avec des amis d’horizons divers Défriche compagnie dans la Loire en 1993.
Cette forte aventure artistique et humaine conduit la compagnie vers le montage d’un projet de lieu intermédiaire : L’imprimerie. Dans cette ruche, il y a des créations en préparation, de l’accueil public sur des projets singuliers, de l’accueil d’artistes, des animations d’ateliers pour amateurs et professionnels…
A l’issue de cette folle entreprise, Isabelle choisit de partir à nouveau afin de repenser son rapport au théâtre. Elle vient dans la Drôme en 2007. Progressivement elle recentre son énergie vers le texte comme une nécessité de faire entendre les « poètes » et les textes où l’expression de la singularité  prime sur le spectaculaire. Elle est à l’initiative d’une recherche alliant ses compétences théâtrales au travail sur le dire et la voix. Elle crée des duos avec des musiciens où l’écriture est motrice de la rencontre. Elle initie et organise  le festival Mai les Envolires sur le secteur de Crest.


Lorette Nobécourt

Lorette Nobécourt est née à Paris en 1968. Après une éducation religieuse chez les Ursulines, des études de théâtre, de commerce et enfin de journalisme, elle choisit de se consacrer à l’écriture. Après quoi elle vit de toutes sortes de petits travaux liés aux mots (notamment de réécriture) tout en commençant à publier. Ses premiers romans évoquent sa difficulté de vivre. En 2002, elle part en résidence à la villa Médicis à Rome. Progressivement sa vie et son écriture vont vers plus de lumière et d’apaisement. « Lire, écrire, c'est coudre, un livre après l'autre, les morceaux d'une tunique fabuleuse, pour s'en aller, joyeux, vers sa propre mort. Cette laine de mots, c'est sur son propre dos que l'écrivain la tond ».
Elle a deux enfants qui ont dix ans d'écart. Une fille et un garçon
Depuis 2007 elle vit dans la Drôme, pour se « rapprocher du silence et des arbres ».
Site personnel : http://lorettenobecourt.com

Bibliographie

  • Patagonie intérieure, Grasset, 2013.
  • La clôture des merveilles, Grasset, 2013.
  • L'Usage des jours : 365 objets en céramiques, 2012.
  • Grâce leur soit rendue, Grasset, 2011.
  • L'Usure des jours, Grasset, 2009.
  • En nous, la vie des morts, Grasset, 2006.
  • Nous, Éditions Pauvert, 2002. Réédition aux éditions LGF, Le Livre de poche, en 2004.
  • Substance, Éditions Pauvert, 2001. Réédition aux éditions J'ai lu en 2003.
  • Horsita, Grasset, 1999. Réédition aux éditions LGF, Le Livre de poche, en 2001.
  • La Conversation, Grasset, 1998. Réédition aux éditions LGF, Le Livre de poche, en 2000.
  • L'Équarrissage, Grasset/Les Inrockuptibles, 1997. Réédition aux éditions Les Mille et une nuits en 2001.
  • La Démangeaison, Sortilèges, 1994. Réédition aux éditions J'ai lu en 1998, aux éditions Grasset en 2009.

"C'est par la voix que l'homme s'ouvre à lui-même et à l'autre".    Denis Vasse